Au safran de l'Erdre

L’or rouge pousse en Pays d’Ancenis ! Depuis 2016, Martine s’est lancée dans la culture du crocus sativus, autrement dit du safran.

Plantés sur les terres de son enfance, les milliers de bulbes se multi-plient à vitesse grand V (un bulbe fait une dizaine de petits). Les petites fleurs violettes demandent de l’attention et une bonne dose d’huile de coude : désherbage, cueillette à la main (« Nous n’utilisons aucun produit chimique »), émondage (séparation des stigmates de la fleur) et séchage. La récolte se fait à l’automne et à l’aube, avant l’ouverture des fleurs, afin d’éviter que les chaleurs ne les abiment. Vendu uniquement aux professionnels en pistils ou en poudre, le safran de l’Erdre s’exporte de la Côte d’Azur à Paris dans les cuisines des restaurants étoilés, traiteurs haut de gamme et herboristes. « Mon premier client est un chef étoilé basé à Monaco mais originaire du Pays d’Ancenis », ajoute Martine. La productrice de safran pense à transformer son produit à l’avenir : huile d’olive au safran, miel safrané et confitures.