• Accueil
  • Actualités
  • / Détail actualités
  • / Entretien avec Maurice Perrion, président de la COMPA

Entretien avec Maurice Perrion, président de la COMPA

"2021 doit être l’année de la relance économique. La COMPA y participera activement." Maurice Perrion, nouveau président de la Communauté de Communes, répond aux questions de Compact, le magazine du Pays d'Ancenis.

Maurice Perrion, président de la COMPA

Dans quel état d’esprit commencez-vous ce mandat ? 

Avec une grande détermination et la conscience aigüe des défis à relever. Nous vivons une période difficile, marquée par la pandémie de la covid-19, qui a ébranlé notre économie, transformé nos habitudes, nos modes de vie et nos relations avec nos proches. Beaucoup ont souffert et souffrent encore de la crise et de ses conséquences : le monde économique, les artisans et commerçants, les acteurs culturels, la jeunesse, les personnes âgées… tout à chacun est touché et concerné. Malgré ces difficultés, la crise a prouvé notre capacité à faire face à l’adversité ainsi que la résilience des forces vives du Pays d’Ancenis. Je remercie la mobilisation de tous. Cette période incertaine ne doit pas nous contraindre à la fatalité. Au contraire, nous devons y voir l’opportunité de mener - de gagner - les batailles qui nous permettront d’aller vers une sortie de crise et de relever les défis économiques, sociaux et environnementaux.

En cette période de crise sanitaire, quel est l’enjeu sur la santé pour le Pays d’Ancenis ?

La santé constitue une des premières préoccupations des habitants, encore plus au coeur de cette épidémie. Le Pays d’Ancenis connait une fracture dans l’égalité d’accès à la santé de premier recours, avec des besoins de santé croissants et des départs de professionnels. Les maires de Loireauxence et de Vallons-de-l’Erdre se mobilisent d’ailleurs pour trouver des remplaçants. C’est une situation alarmante, source d’angoisses supplémentaires dans ce contexte épidémique. Même si le sujet est de la responsabilité de l’Agence Régionale de Santé, j’ai proposé aux élus communautaires de réaliser rapidement un diagnostic des freins à l’installation des médecins et de fédérer tous les acteurs, l’État, les collectivités, l’hôpital, et tous les professionnels de santé, pour trouver sans tarder des solutions collectives.

Quelle est la capacité d’action de la COMPA pour soutenir les entreprises et protéger l’emploi local ?

Notre économie locale subit de plein fouet des répercussions économiques sans précédent, mais elle résiste. Elle résiste notamment grâce à la force et au dynamisme de son tissu économique d’exception, composé de grands fleurons de l’industrie et d’un vivier de plus petites entreprises très actives et innovantes. Elle résiste par le soutien collectif de l’Etat, de la Région et de la Communauté de communes du Pays d’Ancenis. Nous avons pris nos responsabilités par l’adoption de mesures conjoncturelles et structurelles. Face à l’urgence, 1,5 M€ ont été provisionnés pour soutenir les entreprises, dont 280 000 € sont venus abonder le fonds régional « Résilience ».
À ce jour, 31 entreprises du territoire ont ainsi été aidées pour un montant d’aide total de 217 500 €. Le 17 décembre dernier, le Conseil Communautaire a adopté unanimement une aide exceptionnelle de 400 000 € pour les commerçants et artisans fermés pendant le deuxième confinement. Pour leur offrir une véritable bouffée d’oxygène, leurs loyers et prêts seront pris en charge dans la limite de 1 000 € et de trois mois.

2021 doit être l’année de la relance économique. La COMPA y participera activement. Les premières actions du contrat Territoire d’Industrie trouveront une traduction concrète. Le but est de conforter le tissu industriel et agroalimentaire du Pays d’Ancenis, en terme d’aménagement, de relocalisation d’activités, de mobilités ou encore de logements. L’aménagement du nouvel Espace Entreprendreau coeur de la Zone d’Activités de l’Aéropôle constituera une vitrine exceptionnelle du dynamisme économique du Pays d’Ancenis et un lieu unique pour faciliter et soutenir l’entrepreneuriat.
Enfin, les confinements ont été un accélérateur du “consommer local”. Des premières mesures intercommunales ont été initiées, avec des campagnes de communication « Pays d’Ancenis, simplement bon ! » et la mise en place d’une carte interactive des producteurs locaux. Pour amplifier la démarche, nous réfléchissons à une stratégie globale « manger local » sur l’ensemble du Pays d’Ancenis via un Projet Alimentaire Territorial. Mon ambition est de faire du “consommer local”, un acte citoyen pour notre économie et notre environnement.

Vous évoquez l’environnement, quelle est votre ambition pour le Pays d’Ancenis sur ce sujet ?

L’écologie est un enjeu majeur pour lequel nous avons le devoir d’agir en raison des impacts environnementaux, économiques et sociaux potentiels, mais aussi pour la qualité de vie des habitants du Pays d’Ancenis. Avec la Vallée de la Loire, la Haute Vallée de l’Erdre, ses marais, ses cours d’eau et sa biodiversité locale, notre territoire bénéficie d’un environnement exceptionnel que nous devons protéger. Les compétences opérationnelles de la COMPA, comme la gestion quotidienne des déchets, de l’assainissement ou encore des milieux aquatiques, en font un acteur majeur pour mettre en oeuvre en proximité la transition écologique et énergétique.
Nous nous employons aussi à accélérer la réduction des émissions de CO². Cette nouvelle année verra le début du chantier du parc photovoltaïque sur le site de la Coutume à Mésanger. C’est un investissement exceptionnel de 4,3 M€, pour produire 4 700 MWh d’énergie solaire propre, soit la consommation d’énergie d’environ 2 700 habitants. Ce projet permettra ainsi l’économie de 3 157 tonnes de CO² par an.
Notre ambition est de poursuivre sans relâche la mobilisation en faveur des éco-gestes et la nécessaire réduction des besoins en énergie. Chacun à son niveau peut et doit prendre part aux défis climatiques et environnementaux.
Enfin, le mois de mars sera l’occasion de se pencher sur la prise d’une nouvelle compétence, celle des « Mobilités », un enjeu de développement durable considérable pour le Pays d’Ancenis.

Pour porter ces enjeux de territoire, comment envisagez-vous les relations entre les communes et la Communauté de communes ?

L’épidémie nous a rappelé que certains défis ne se relèvent que collectivement. Ainsi, la coopération, la solidarité financière et la recherche de l’efficacité sont au coeur des relations entre la COMPA et les communes au service du projet de territoire. J’attache une importance particulière au dialogue et à la proximité entre élus. Les décisions stratégiques sont discutées et prises en bureau communautaire. Les six commissions thématiques sont aussi des lieux de débats, que j’ai voulu ouvrir dans une volonté de transparence aux conseillers municipaux, qui ne sont pas élus communautaires. Ainsi, toutes les communes du Pays d’Ancenis pourront être représentées dans chacune des commissions. Ensemble, nous avons la responsabilité collective de faire vivre l’esprit communautaire, tout en préservant l’identité de chacune de nos communes.