Thievin : une entreprise en constante évolution

Cette année, le groupe Thievin fêtera ses 40 ans. Une success-story qui a commencé, comme d’autres bien connues, dans un garage. Aujourd’hui la société est le premier constructeur* en France de caissons et bacs à déchets.

L’histoire commence en 1982. Alain et Nicole Thievin se lancent dans une activité de mécano-soudure, en tant que sous-traitants, à la Chapelle-Glain. À leur déménagement sur Vallons-de-l’Erdre, ils installent leur entreprise dans un garage à côté de leur maison. Ils font du négoce et fabriquent de manière artisanale du matériel agricole. La société se développe et, en 1992, s’installe dans la zone d’activités du Croissel, où elle est toujours aujourd’hui. L’entreprise a bien grandi : elle se déploie à présent sur deux sites côte à côte. La société est présidée par Olivier Thievin, fils d’Alain et Nicole.

Thievin a trois activités :

  • la gamme environnement : la construction de caissons et bacs à déchets (50 % du chiffre d’affaires) ;
  • la gamme de matériel agricole et travaux publics : les remorques et épandeurs (environ 35 % du chiffre d’affaires) ;
  • les accessoires de manutention pour les tracteurs ou chariots télescopiques : les godets multi-fonctions, les fourches à paille... Sur cette dernière activité, l’entreprise est sous-traitante pour Manitou et a développé sa propre gamme (environ 15 % du chiffre d’affaires).

À l'écoute

Les clés du succès ? « La qualité des produits et la qualité humaine. Nous sommes à l’écoute du client et travaillons avec lui pour répondre à ses besoins. Notre catalogue s’est étoffé au fur et à mesure des demandes. C’est comme ça que l’épandeur à fumier est né par exemple. Sur la partie environnement, c’est du sur-mesure. Par exemple, on a créé un caisson à compaction verticale : il possède deux couvercles qui se referment pour écraser les cartons collectés en déchèteries ou autres et ainsi en mettre davantage », développe Nicolas Guillon, responsable commercial agricole. Thievin a aussi su investir dans des machines de plus en plus performantes, s’industrialiser et rester à la pointe de la modernité.

L’entreprise poursuit ses projets. Le bâtiment Thievin et Fils est en cours d’agrandissement pour que tous les bureaux administratifs
puissent s’y retrouver. Autre perspective : développer l’export vers la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Ghana, l’Île Maurice et la Réunion.

Si elle se tourne vers l’international, la société est bien ancrée dans le tissu local. Elle soutient les initiatives sportives et culturelles du Pays d’Ancenis, comme le festival La Folie Varadaise, le Football Club Vallons Le Pin, l’association Transmission à Trans-Sur-Erdre, ou encore est sponsor du HBC Nantes. « Participer à la vie locale permet d’accompagner les familles de nos ouvriers, de développer le dynamisme, de faire connaître l’entreprise », souligne Nicolas Guillon.

Thievin va bien et recrute, surtout dans les ateliers de soudure et peinture. « Nous proposons des formations de soudure aux personnes en reconversion. » À bon entendeur…

*en termes de volume de production

Quelques chiffres

Construction de 350 véhicules roulants, 6 500 caissons et bacs à déchets et 8 000 accessoires par an.

35,6 M€ de chiffre d’affaires en 2020-21 et prévisionnel 45 M€ pour 2021-22.

18 000 m2 de surface couverte.

296 salariés