Visite de l’entreprise Les Harpes Camac

Visite de l’entreprise Les Harpes Camac
3e du collège Louis Pasteur de Saint-Mars-la-Jaille
Margot Petitrenaud, Eva Bazile, Thomas Davodeau, Marvin Blanchard, Léo Proux, Benjamin Franchet
Mardi 2 février 2016

Présentation de l’entreprise…

Nous avons eu le privilège de visiter l’entreprise Les Harpes Camac à Mouzeil. Fondée en juin 1972, l’entreprise est spécialisée dans la fabrication de harpes. Nous avons été accueillis par Jakez François, le patron. L’entreprise compte 47 employés dont 25 % sont des femmes et 75 % sont des hommes.

Dans un premier temps, Jakez François nous a expliqué l’origine de la harpe, ensuite il nous a expliqué comment elle fonctionnait, puis il a répondu à nos questions, et enfin il nous a montré le déroulement de la construction d’une harpe. Le temps de construction dépend du modèle, par exemple, la harpe classique demande entre 3 mois et 1 an pour être construite. Le modèle de harpe que construit le plus l’entreprise est la harpe celtique.

Une harpe peut faire entre 60 cm et 1,85 m de hauteur et peut avoir entre 22 et 47 cordes. Chaque corde correspond à une note. Pour aider les harpistes, les cordes sont colorées pour les reconnaître (rouge les notes Do, bleu pour les notes Fa). Une harpe est composée de la colonne (pour tenir la harpe), la console (partie mécanique), les cordes (faites avec du nylon, du boyau ou du métal), une caisse de résonance et de la table d’harmonie.

Dans les premiers temps l’entreprise reçoit du bois de hêtre, d’érable, et de l’épicéa venant principalement d’Autriche. Ils choisissent des bois de haute qualité. Ils travaillent le bois en fonction du modèle à usiner. Ensuite sur les pièces en bois ils rajoutent des pièces métalliques. Et enfin, ils vernissent les pièces en bois (le nombre de couches dépend du modèle).

Exemples de métiers exercés…

Menuisier :

Ici, le métier de menuisier consiste à transformer le bois pour en faire une pièce instrumentale. Cette phase d’usinage est très importante car le menuisier permet de donner un bel aspect au bois. Il scie les pièces et les rabote pour les mettre aux dimensions exactes. Il assemble et colle de fines feuilles
de bois, selon l’effet décoratif recherché. Il vérifie ensuite le parfait ajustement des pièces par un montage « à blanc ». La finition se fait par raclage, ponçage et vernissage. Parfois, un spécialiste (marqueteur, doreur, sculpteur sur bois) parfait la décoration en travaillant le bois ou en incrustant des motifs en nacre, ivoire, ébène.

Les diplômes : CAP menuiserie, mobilier et agencement ou BAC pro technicien constructeur bois.
Pour être menuisier, il faut avoir de la précision, être rigoureux et minutieux. Un menuisier utilise par exemple comme outils le ciseau à bois, la scie circulaire…

Vernisseur :

Le métier de vernisseur ici consiste à poser une couche d’un produit spécialisé permettant au bois de ne pas mal vieillir ni de s’abîmer. Le vernissage est une étape fondamentale à la construction d’une harpe, il permet de conserver le bois et de garder sa beauté. Le vernisseur travaille dans un local isolé pour une simple et bonne raison : éviter que la poussière se colle sur la harpe.
Si elle se colle pendant le vernissage, cela donne plein de petites tâches ce qui rend le produit invendable. Il utilise des pistolets à vernis, de la teinte et du vernis.

Les diplômes : CAP, BMA, BAC pro ou DMA en menuiserie.

Regard des jeunes sur la visite…

Nous avons bien aimé cette visite, nous l’avons trouvée intéressante. On a pu voir le déroulement de la fabrication de harpes en plusieurs étapes et nous avons pu savoir l’origine de la harpe grâce à Jakez François. Ce que nous regrettons, c’est que nous n’avons pas eu assez de temps pour visiter toute
l’entreprise en détail. Ce qui nous a surpris, c’est le temps que cela prend de fabriquer une harpe. Aussi nous ne nous attendions pas à ce que la harpe ait besoin d’autant de pièces et qu’il faille aller chercher le bois très loin.