Programme de restauration des cours d'eau et marais

Étude préalable à la restauration des cours d’eau et marais

L’étude sur les bassins versants "Hâvre, Grée et affluents de la Loire en Pays d'Ancenis" qui a débuté en 2013 a été conduite sur 370 kms de cours d’eau et s’étend sur 2/3 du territoire de la COMPA.

Cette étude a permis de dresser un état des lieux précis de l’état physique des cours d’eau et des marais (marais de Grée et marais de Méron). A partir de cet état des lieux un programme de travaux a été élaboré afin d’améliorer la qualité de l’eau et tendre vers le bon état écologique.

Une étude en 4 phases :

  • Phase I : état des lieux et diagnostic
  • Phase II : définition des enjeux et objectifs
  • Phase III : élaboration du programme d’actions
  • Phase IV : rédaction du dossier de Déclaration d’Intérêt Général et des dossiers réglementaires

Aujourd’hui, l’étude est terminée et la COMPA est autorisée par arrêté préfectoral à conduire les travaux (Déclaration d’Intérêt Général et autorisation au titre de la loi sur l'eau).

Une étude menée en concertation avec les acteurs locaux…

Afin de collecter toutes les informations utiles à l’élaboration de l’état des lieux (usages, conflits d’usage, activités pratiquées, projets envisagés ou souhaités…) et à l’identification des enjeux locaux, 4 tables rondes (une par bassin versant) ouvertes à tous ont été organisées en mai 2013.
Une présentation détaillée du programme de travaux a également été exposée fin 2014 aux élus de chaque commune du territoire concerné.

L’ensemble des travaux de restauration des cours d’eau et des marais sont programmés sur la période 2016-2021. Les premiers travaux ont débuté en février 2017.

Présentation des phases I à III

La première phase (validée en octobre 2013)

Cette phase a consisté à réaliser un état des lieux des milieux et des usages sur la base d’une collecte des données, d’un travail de concertation avec les acteurs et d’un inventaire sur le terrain afin d’établir le diagnostic de la situation. A l’échelle du périmètre d’étude, il ressort que :

  • 60 % des cours d’eau étudiés ont été rectifiés et recalibrés, soit environ 210 kms.
  • 213 ouvrages hydrauliques (barrage, seuil, pont, buse,…) sont infranchissables pour le brochet et 102 ouvrages hydrauliques sont infranchissables pour l’anguille. Au total 1216 ouvrages ont été inventoriés et diagnostiqués.
  • 18 % du linéaire total de berge est composé d’une strate herbacée ou d’un sol nu. Cela signifie que la ripisylve est présente sur 82 % du linéaire total de berge. Ce n’est pas le problème majeur sur les bassins versants.
  • 387 embâcles impactants ont été relevés. Ces embâcles peuvent altérer  la continuité écologique, favoriser l'érosion des berges ou encore augmenter le risque d'inondation.
  • 390 rejets ont été relevés. Ces rejets, parfois sources de pollution, ne font pas l'objet d'un relevé exhaustif car ils sont souvent difficiles à recenser.
  • 171 abreuvoirs ont été recensés dont 153 sont des abreuvoirs non aménagés. Les conséquences de ces abreuvoirs sont multiples avec notamment la dégradation de la qualité des habitats aquatiques et de la ripisylve par le piétinement, la dégradation des berges, la dégradation de la qualité des eaux (matières en suspension et matières fécales) et le risque sanitaire pour le bétail.
  • Plusieurs espèces invasives ont été repérées sur l’aire d’étude, on trouve le ragondin, l’écrevisse de Louisiane, la renouée du Japon et la Jussie. Les marais de Grée et de Méron sont des milieux fortement impactés par ces espèces.

La seconde phase (validée en février 2014)

Réalisée en concertation avec le maître d’ouvrage, cette phase correspond à la définition des enjeux et des objectifs. Une hiérarchisation de ces enjeux et objectifs est établie et des scénarios sont élaborés et soumis au maître d’ouvrage des travaux.
Trois scénarios ont été proposés au Comité de Pilotage. Les élus ont retenus le scénario qui doit permettre l’atteinte de 65% du linéaire en bon état. C’est sur cette base qu’a été élaboré le programme d’actions.

La troisième phase (validée en janvier 2015)

Cette phase consiste à établir un programme d’actions à mettre en œuvre sur 5 ans (types d’actions à mener, modalités techniques, détermination des coûts, calendrier, modalités de mise en œuvre) et à définir le dispositif de suivi et d’évaluation de ce programme (indicateurs et définition des points de contrôle).

Sur le bassin versant "Hâvre, Grée et affluents de la Loire en Pays d'Ancenis", les actions programmées sont les suivantes :

  • Restauration de 64 kms de cours d’eau. Il s’agit de travaux de diversification d’habitats (mise en place de blocs, déflecteurs,…), de réduction de la section du lit mineur, de déconnection/effacement de plan d’eau et de renaturation. A noter que la restauration consiste essentiellement à recharger en granulats le lit mineur.
  • Intervention sur 303 embâcles. Il s’agit d’enlever totalement ou partiellement des amas de branches et de déchets qui entrainent un ralentissement des écoulements, un risque d’inondation à l’amont, des phénomènes d’érosion et un risque pour la stabilité des ouvrages.
  • Restauration de 84 kms de ripisylve. Il s’agit de travaux de débroussaillage, d’abattage, d’élagage ou de recepage des arbres et arbustes en berges. Ce type de travaux est envisagé où la végétation est excessivement dense et/ou manque d’entretien et notamment sur les secteurs sur lesquels de la restauration du lit mineur est programmée. Des plantations sont également envisagées.
  • Intervention sur 207 ouvrages. Il s’agit d’aménager, de gérer ou de supprimer les ouvrages hydrauliques qui peuvent bloquer la circulation de l’eau et entravent la circulation des poissons et des sédiments. A noter que 7 gros ouvrages feront l’objet d’études complémentaires.
  • Aménagement de 109 abreuvoirs problématiques. Il s’agit de mettre en place des aménagements pour que le bétail puisse s’abreuver (pompe à museau, bac, descente empierrée,…). L’installation de clôtures restent à la charge de l’exploitant.
  • Lutte contre les espèces invasives. Il s’agit notamment d’arracher mécaniquement et manuellement la jussie. Des actions de lutte contre les renouées asiatiques sont également envisagées.

+ d'infos SUR LE PROGRAMME D'ACTIONS

Pour plus d’information, vous pouvez consulter les notes de synthèse de chaque phase en cliquant sur les liens ci dessus :