Le pays d'Ancenis, une attractivité ancienne

La Loire, à la fois axe de communication et frontière entre Bretagne et Anjou, a toujours joué un rôle majeur dans l’économie de la région d’Ancenis. Les seigneurs y ont bâti leurs châteaux auprès desquels s’est fixé l’habitat. Le commerce et les échanges s’y sont développés. L’arrivée du chemin de fer a fait péricliter le commerce fluvial et les ports ont disparu. Il reste néanmoins un patrimoine architectural remarquable qui mérite d’être mis en valeur.

LES CHÂTEAUX MÉDIÉVAUX DE PUISSANTS SEIGNEURS

LES CHÂTEAUX MÉDIÉVAUX DE PUISSANTS SEIGNEURSLe voyageur naviguant sur le fleuve passait au pied du château d’Ancenis et pouvait apercevoir celui de Loireauxence (Varades) et la citadelle de Châteauceaux face à la tour d’Oudon. De certains châteaux, il ne reste souvent que quelques ruines, mais des restaurations leur ont redonné un peu de leur lustre d’antan. C‘est le cas des deux tours du château d’Ancenis et du logis Renaissance où sont organisées des expositions. Au milieu des ruines de l’ancienne forteresse, la tour d’Oudon, elle aussi restaurée, surplombe le Havre et propose aux visiteurs un projet touristique autour de « la Loire en scène ».À Loireauxence (Varades), sur le coteau de la Madeleine d’où s’étend une vue unique sur la vallée de la Loire, subsistent des ruines médiévales. Un château a été bâti à côté entre 1854 et 1862 par l’ingénieur François Briau, entrepreneur de travaux publics qui devait sa fortune à la construction de lignes de chemin de fer en France et en Italie. Il a aussi rénové 16 ou 17 fermes, à l’architecture et l’organisation modernes et baptisées fermes Briau.

 

D’AUTRES DEMEURES TÉMOIGNENT DE L’INTÉRÊT PORTÉ À NOTRE RÉGION

Au Cellier, le château de Clermont propose l’un des plus beaux panoramas des bords de Loire. Construit de 1642 à 1649, c‘est un rare exemple de style Louis XIII dans la région. Il doit sa notoriété à Louis de Funès qui l’a acquis en 1967. Depuis, le château a été racheté par un investisseur immobilier. Le château de la Gérardière, propriété de la famille Siffait à partir de 1816, la villa de Château-Guy et le château de la Forêt étaient pour la plupart des villégiatures de riches Nantais.À Vair-sur-Loire (Anetz), le château de Vair, qui remonte à la fin du Moyen Âge, propose aux visiteurs des animations.

Plus au nord, le château de Bourmont à Freigné, et ceux de Vallons-de-l’Erdre (Saint-Mars-la-Jaille), Teillé, Ligné, Joué-sur-Erdre, etc. nous rappellent que la région a été prisée de tous temps.

 

LE LONG DE LA LOIRE, DES VILLÉGIATURES PRISÉES

PRISÉESLe visiteur peut découvrir la pittoresque rue du Fresne, à Ingrandes-Le Fresne-sur-Loire. Le village de la Meilleraie à Loireauxence (Varades) garde la mémoire du village de pêcheurs qui, dès la fin du XIXe siècle, a accueilli les villégiatures des familles bourgeoises d’Angers et Cholet, voire Nantes. Leurs noms, tels « La Brise », « Beau rivage », « Les Mouettes »... évoquent les villas balnéaires et soulignent ce qu’aimaient à y trouver leurs propriétaires : le calme et la nature.

 

Rédaction et visuels ARRA (Association de Recherches sur la Région d’Ancenis)

Centre administratif Les Ursulines • Avenue de la Davrays 44150 Ancenis-Saint-Géréon • 02 53 87 91 17 • www.arra-ancenis.fr