Programme de travaux sur les cours d'eau

Pour redonner vie aux cours d'eau

En bonne santé (on parle aussi de bon état), les cours d’eau constituent un patrimoine naturel riche aux fonctions multiples. Ressource potentielle en eau potable, ils ont également une capacité épuratoire, permettent la régulation des crues, et le maintien de la biodiversité.

Ils représentent aussi des point d'intérêts dans le développement d’activités économiques et de loisirs (pêche, kayak, promenade...) ainsi que pour la structuration du paysage...

La protection de cet or bleu est donc une nécessité.

Avec 570 km de cours d’eau (hors Loire) et 400 ha de marais, le bassin versant du Hâvre, Grée et des affluents de la Loire abrite des écosystèmes aquatiques riches et diversifiés. Depuis plus d’un siècle, les aménagements réalisés ont engendré une dégradation globale des milieux aquatiques.

Pour retrouver les fonctionnalités essentielles des cours d’eau de cette partie du territoire et satisfaire aux exigences règlementaires, la Communauté de communes du Pays d’Ancenis (COMPA) souhaite agir. Après avoir mené une étude entre 2013 et 2015, en concertation avec les acteurs locaux, elle lance en 2016 un programme d’actions de restauration sur une période de 5 ans.

Le bassin versant Hâvre, Grée et affluents de la Loire concerne 17 communes du Pays d’Ancenis.

Un objectif : améliorer la qualité de l'eau

En ..... l’état écologique du bassin versant du Hâvre, Grée et affluents de la Loire a été qualifié de « médiocre ». En d’autres termes, la faune et la flore aquatiques qui peuplent les cours d’eau et la qualité physicochimique (nitrates, phosphores, pesticides…) de l’eau sont dégradées.

Au titre de la Directive Cadre sur l’Eau, l’atteinte du bon état est fixée pour 2027.

Pour répondre à ces exigences réglementaires, la COMPA a mené une étude, en concertation avec les acteurs locaux, sur un linéaire de 372 kilomètres. Cette étude a permis d’identifier de nombreuses altérations physiques sur les cours d’eau et ainsi de planifier sur 5 ans des actions de restauration (travaux, suivi...).

Les travaux programmés

Restauration de la végétation en berge (Ripisylve)

Le constat : des rives pas toujours bien entretenues (végétation excessive ou, a contrario, absence de végétation).

Les travaux : débroussaillage, abattage et élagage d’arbres, enlèvement d’embâcles, plantation d’arbres ou d’arbustes en berge...

Lutte contre les espèces aquatiques invasives

Le constat : sur les bassins versant du Hâvre, du Grée et des affluents de la Loire, des espèces aquatiques invasives ont été identifiées (la jussie par exemple).

Les travaux : pour limiter leurs proliférations, des travaux d’arrachage mécanique et manuel seront mis en oeuvre.

Restauration du lit mineur

Le constat : au fil du temps, des travaux d’aménagements hydrauliques ont rendu les cours d’eau rectilignes et sur-élargis.Ceux-ci ont eu pour conséquences l'augmentation de la vitesse des écoulements causant une érosion des berges plus rapides.

Sur le long termes les effets de tels aménagements comprennent des inondations plus importantes à l’aval, une diminution de la capacité autoépuratoire du cours d’eau ainsi que la suppression des habitats nécessaires à la faune et à la flore aquatiques...

Les travaux : recharge du lit en matériaux, adoucissement de la pente des berges...

Intervention sur les ouvrages hydrauliques

Le constat : de nombreux ouvrages ont été inventoriés sur le bassin versant (pont, buse, seuil, barrage, clapet, batardeau...).

Conséquences : ils peuvent bloquer l’eau et entraver la circulation des poissons et des sédiments.

Les travaux : les ouvrages seront gérés, aménagés ou supprimés afin de rétablir la continuité hydraulique, piscicole et sédimentaire.

Aménagement des zones d'abreuvement

Le constat : la divagation du bétail dans les cours d’eau provoque une déstabilisation des berges, une dégradation de la qualité de l’eau et peut nuire à l’état sanitaire du cheptel. Au 1er septembre 2017, les abreuvoirs sauvages seront interdits en Loire-Atlantique .

Les travaux : des abreuvoirs conciliant besoins du bétail et préservation du cours d’eau seront mis en place.

Les travaux programmés sur 5 ans

Sur le bassin versant Hâvre, Grée et affluents de la Loire

460 km2, 17 communes, 570 km de cours d’eau (hors Loire) et 400 ha de marais.

Les travaux : restauration de 64 km de cours d’eau (lit), 84 km de ripisylve, 207 ouvrages, aménagement de 109 abreuvoirs et enlèvement de 303 embâcles (arbres, déchets... en travers du lit et qui provoquent une obstruction partielle ou totale du cours d’eau).

Sur le bassin versant Erdre amont 44

215 km2, 12 communes, 310 km de cours d’eau.
Particularité : 65 % du bassin est sur le Pays d’Ancenis et 35 % sur la Communauté de communes Erdre & Gesvres, d’où une action commune.

Les travaux : restauration de 51 km de cours d’eau, 128 km de ripisylve, intervention sur 41 ouvrages, renaturation de 5 sites pilotes, évacuation de 300 embâcles, aménagement de 111 abreuvoirs et 16 passages à gué…