Daniel Toublanc, bénévole du spectacle son et lumière de Transmission

Septembre 2012

La bosse du spectacle

« Pas question de présenter un spectacle sur le thème de l’Orient sans y montrer un chameau ! » 2006, bille en tête, Michel Monnier, président de l’association Transmission part à la recherche de camélidés.

« Lorsque l’on monte un tel projet, il est des investissements peu rentables mais assurément nécessaires. » L’histoire de Gaspard et sa maman - demeurée sans nom - débute ainsi.

Entre le pont du Theil et Cop Choux

Première curiosité : La maman possède une bosse. Son petit en a deux... Importés d’Allemagne, les deux chameaux ont d’abord séjourné à Héric chez un dresseur renommé. Puis, il ont pris leur quartier au château de Cop Choux à Mouzeil, excepté trois semaines par an oû ils s’installent à Trans-Sur-Erdre pour les besoins du spectacle « Un homme nommé Jésus».

Je suis devenu chamelier : voilà qui fait souvent rire mon entourage...

Daniel Toublanc, bénévole, agriculteur à la retraite et chamelier de circonstance se souvient : « Quand on a reçu Gaspard, Il avait de longues jambes toutes fines. Qu’il était amusant ! » Daniel Toublanc vient nourrir « ses petits », comme il les appelle, deux fois par semaine. Les hauts quadrupèdes reconnaissent la voiture et rejoignent alors l’extrémité de l’enclos au pas de course. Leurs enjambées sont impressionnantes, et totalement désordonnées... « Un pas de chameau équivaut à une distance d’1,20 m. Mais surtout, un chameau qui coure, ça a vraiment une drôle d’allure ! » s’amuse Daniel. Nos deux bestioles blatèrent assez peu. Leur préoccupation première : avaler les feuilles des arbres encore à portée de mâchoire*. À chaque visite du chamelier, c’est le même rituel : Daniel, en soigneur exemplaire, leur parle avec douceur. Il leur donne des granulés et du pain en guise de friandises.

Gaspard et sa maman font forte impression

Sur scène, les deux chameaux, peu farouches, côtoient 10 chevaux, 3 ânes, 6 brebis et près de 200 acteurs. Pendant les représentations, ils font office de figurants - l’effet n’en n’est pas moins assuré ! Ils participent bien évidemment à la scène de la caravane et passent devant la tribune en début de spectacle. Ils posent sur le devant de la scène lors du grand final. Naturellement, ils suscitent l’intérêt du public : ils sont approchés, caressés, admirés et photographiés. « Gaspard aime qu’on le regarde », ajoute Daniel. « Alors, il ne bouge plus et fait le beau. Ce sont deux bêtes attachantes : ils plaisent aussi aux touristes de passage à Cop Choux. Quant aux propriétaires du château, je sais qu’ils attendent toujours leur retour avec impatience ! »

* En théorie, un chameau peut rester 3 à 7 jours sans manger. Mais pas à Cop Choux...